Est-ce que tu viens pour les vacances ?

Nous sommes le 1er juillet, l’été est enfin arrivé et la préparation des vacances va bon train.
 
Comme chaque année, certain-e-s ne partiront en vacances, c’est notamment le cas de celles et ceux en situation de précarité et particulièrement de nombreuses personnes exilées.
 
Les femmes et les enfants que nous recevons à nos permanences resteront en Île de France cet été.
 
Et c’est là que le dilemme s’installe dans nos associations !
 
D’un côté nous sommes dépendantes de la présence des bénévoles qui assurent la continuité de nos activités.
 
De l’autre, nous ne pouvons pas fermer trop longtemps et “couper” le lien de confiance que nous nous sommes évertuées à construire toute l’année avec les femmes et les enfants accueillis.
 
Et pour rappel, l’O.F.P.R.A.*, la C.N.D.A.* et les préfectures ne sont pas en vacances l’été …
Aussi, comme chaque année on se concerte, on contacte les partenaires, on insiste auprès des bénévoles, etc.
 
Cette situation ne devrait pas exister !
 
Si l’accueil des personnes exilées était à la hauteur de ce que notre humanité requiert, nos associations devraient pouvoir compter sur les structures étatiques et institutionnelles pour prendre le relais … il n’en est rien !
 
Après de (trop) nombreuses discussions, nous avons décidé de fermer nos cours de français et notre accueil des enfants du jeudi 15 août au mercredi 4 septembre (reprise le jeudi 5 septembre).
 
En revanche, notre accueil juridique restera ouvert (exception le jeudi 15 août) avec un effectif réduit : nous ne pouvons pas prendre le risque de passer à côté d’un rejet de l’O.F.P.R.A. ou d’une obligation de quitter le territoire à contester dans un délai d’un mois !
 
Nous invitons toutes les personnes solidaires à se rapprocher des nombreuses structures qui accompagnent les personnes en situation de précarité pour éventuellement intégrer les équipes bénévoles estivales.
 
Très belles vacances à toutes et tous.
 
*O.F.P.R.A. : l’Office français de protection des réfugiés et apatrides est chargé d'assurer en France l'application des textes relatifs à la reconnaissance de la qualité de réfugié, d'apatride et à l'admission à la protection subsidiaire.
*C.N.D.A. : la Cour nationale du droit d’asile statue sur les recours formés contre des décisions rendues par l’O.F.P.R.A. en matière d'asile.